À propos de l’auteur

Daniel

J’aurais aimé m’effacer derrière les idées exposées sur ce site. Mais ce ne serait plus raisonnable aujourd’hui avec tous les faux profils qui se multiplient sur les médias sociaux.

Alors voilà, j’ai grandi sur une terre non loin de Montréal. J’ai fait mes études collégiales au Vieux-Montréal. Après celles-ci, j’ai travaillé dans une usine.

Les conditions de travail m’ont incité à devenir sympathisant de la Ligue communiste et président du syndicat local. La ligue s’est transformée en PCO, et ils ont refusé ma demande d’adhésion. J’étais trop petit-bourgeois. Traduction: je n’étais pas assez soumis. L’expérience a été enrichissante. J’ai pu voir, in situ, ce qu’est l’aveuglement idéologique.

À la suite d’un long séjour à New York, je suis revenu à Montréal pour entreprendre un baccalauréat en mathématiques, suivie d’une maitrise en géométrie et topologie.

J’ai enseigné un peu.

Finalement, je suis revenu où j’ai grandi, pour y exploiter la terre paternelle en régie biologique. J’adore travailler au grand air, et ça me laisse beaucoup de temps libre pour écrire et entreprendre des projets comme celui-ci.

J’ai écrit deux essais. Le premier, qui s’intitulait : Pour la Continuité du Monde, n’a pas trouvé preneur. Il avait les défauts des premiers essais. Mais sa rédaction a été formatrice. J’y ai notamment tiré le sujet de mon deuxième essai qui s’intitule : La conceptualisation moderne du mal. Qui, je l’espère sera publié à moyen terme.

Ma principale influence est Hannah Arendt.

Un dernier détail. Je mets tout en œuvre pour éliminer les fautes d’orthographe. Étant dysorthographique, certaines réussiront sans aucun doute à se faufiler. Je vous saurais gré de me les signaler, de même que n’importe qu’elle erreur, et n’importe qu’elle amélioration.

Bonne lecture et n’hésitez pas à commenter.