Les différents groupes

À première vue, on tracerait la ligne de fracture entre la communauté musulmane et le reste de la population, mais ce n’est pas là du tout. Elle se situe plutôt entre ceux qui sont en faveur des accommodements et ceux qui s’y opposent. Encore faudrait-il spécifier quels accommodements.

Or, s’il y a un nombre substantiel de non-musulmans qui sont favorables aux accommodements, il y a aussi un nombre important de musulmans qui s’y opposent. Combien? Seul un sondage nous en donnerait une idée.1

Chacun des deux groupes se subdivise entre ses radicaux et ses démocrates. Parmi les démocrates se distinguent ceux qui sont sympathiques aux idées, ou à certaines idées, promues par les radicaux. Toutefois, d’un côté comme de l’autre, cela n’en fait pas des alliés implicites des radicaux.

Force est de présumer qu’il n’y a pas grand chose à espérer des radicaux, d’un côté comme de l’autre. Ils sont cloisonnés dans leurs mondes propres. En revanche, on peut espérer quelque chose des démocrates qui sont sympathiques à leurs idées.

La perception que ces groupes ont les uns des autres dépend très largement des politiques et des médias. Le rôle des politiques est décisif, mais si l’effet de leurs décisions est universel, il se fait sentir davantage à long terme. Contrairement à l’influence des médias qui est pratiquement immédiate, mais relative à leurs auditoires. Fort malheureusement, le rôle des premiers est trop souvent perverti par le clientélisme et celui des seconds par leurs cotes d’écoute.

  1. Fait intéressant, les immigrants québécois en provenance du monde musulman « occupent le vingt-et-unième rang au classement de religiosité relative, figurant ainsi au palmarès des cinq groupes les moins religieux au pays, et faisant même preuve d’une ferveur religieuse plus modérée que celle des Québécois protestants, qu’ils soient nés au Canada ou à l’étranger. De tels résultats mettent à mal l’image stéréotypée de fervents pratiquants que les médias et l’opinion publique ont l’habitude, au Québec, d’associer aux immigrants musulmans. Fait intéressant, les musulmans d’origine étrangère sont beaucoup moins dévots au Québec que dans l’ensemble canadien, où ils occupent le 15e rang au classement de religiosité relative. » SYNTHÈSE DES RÉSULTATS. LA FERVEUR RELIGIEUSE ET LES DEMANDES D’ACCOMMODEMENT RELIGIEUX : UNE COMPARAISON INTERGROUPE Décembre 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *